Blocage du site d’Heillecourt

1ère nuit d’occupation du site Enedis d’Heillecourt par les électriciens

Lundi 25 juin à 7h30, les électriciens des sites d’Heillecourt et de Pont-à-Mousson, accompagnés par la CGT, sont entrés dans un mouvement de grève afin de se faire entendre sur leurs revendications légitimes concernant la défense d’un service public de l’énergie de qualité en proximité, leurs conditions de travail, leurs conditions salariales et les créations d’emplois.

Un barrage filtrant a été installé à l’entrée du site, permettant l’accès à pied sur le lieu de travail.

La direction a proposé de rencontrer les agents mercredi 27 juin 2018 sur leur cahier revendicatif. Une Assemblée Générale, organisée dans l’après-midi du lundi, a néanmoins décidé la poursuite du mouvement et l’occupation du site durant la nuit.

Une première nuit reposante et conviviale a pu être organisée.

Par ailleurs, lundi 25 juin 2018 à 18h30, la CGT a engagé une rencontre avec le directeur d’ENEDIS sur la base du cahier revendicatif national et en rappelant qu’il fallait y adjoindre les cahiers locaux dans les DR.

Nous vous joignons le compte-rendu afin de mesurer le peu d’avancés : 26_06_2018_communique_fnme_1707

Parallèlement, les salariés de GRDF s’apprêtent à entamer leur 9ème jour de blocage consécutif sur le site de Charles-de-Foucauld.

La CGT appelle tous les agents à rejoindre les mouvements sur la base de leur cahier revendicatif respectif en lien avec un militant CGT.

LES BATAILLES PERDUES SONT CELLES QUI NE SONT PAS LIVREES

Cahier revendicatif :

  • Compensation de la baisse du pouvoir d’achat

Point 1 : Augmentation du salaire national de Base (gelé en 2017, 0,2% en 2018),

Point 2 : Compensation de la hausse de 1,7 % de la CSG inactifs à réaliser en une seule fois,

Point 3 : Augmentation du nombre de niveaux de rémunération (NR),

Point 4 : Augmentation mensuelle de 200 € pour tous les agents,

Point 5 : Augmentation de la dotation du « 1% » et des moyens bénévoles pour les activités sociales en proximité,

Point 6 : Augmentation des pensions des INACTIFS à la hauteur de 2,8%,

  • Concernant les revendications locales AI

Point 7 : Abandon de tout projet de modification de l’astreinte,

Point 8 : Demande de reclassements avec application des principes ci-dessous :

  • GF3 : entrée en AI comme exécutant
  • GF4 : exécutant avec astreinte
  • GF5 : Chargé de travaux sur petits chantiers
  • GF6 : Chargé de travaux et Chargé de consignation pour son propre compte
  • GF7 : Chargé de travaux et Chargé de consignation pour entreprise

Point 9 : Reconnaissance salariales par rapport aux compétences et non à la « tête du client »,

Point 10 : Arrêter de prendre les agents pour des bouches trous. (En chantier, linky, astreinte, …),

Point 11 : Problèmes constatés suite à la mise en place de PRV. Catastrophique ! Organisation des tournées à revoir en urgence,

Point 12 : ,

Point 13 : Mal être au travail : Manque de personnel et d’effectif qualifié (Agents en maladie, jeunes agents non formés, manque de formation de CDC),

Point 14 : Demande de ré internalisation des activités exploitations (coffrets, branchements, protections de chantiers, réseaux, etc),

Point 15 : Indemnité de déplacements jusqu’au 31 décembre 2018. Et après ???

Point 16 : Clarifier la procédure concernant les gens du voyage – Présence obligatoire sur le terrain du cadre de permanence,

Point 17 : Immobilisation véhicule au garage : Si coût supérieur à 500 euros, il faut une autorisation du pôle auto et délai trop long. (Véhicules immobilisés trop longtemps),

Point 18 : Reconnaissance pour les TIP pratiquants des activités exploitation et clientèle,

Point 19 : 2 NR pour chaque agent partant en inactivité,

Point 20 : Ne pas remplacer un agent par un stagiaire ou un apprenti lors de travaux. (ces agents sont là pour apprendre et non pour remplacer un agent titulaire qualifié),

  • Concernant les revendications locales DT/DICT

Point 21 : Problème concernant le traitement des protections de chantier. Situation qui perdure depuis 3 ans. Les protections de chantier sont orientées par le service DR DICT à la CPA. La CPA n’a aucun numéro pour l’externe. Quand le demandeur relance pour sa demande on ne peut pas lui communiquer de numéro ou même répondre à ses questions concernant le devis nos délais d’intervention etc,

Point 22 : Les dossiers de démolition passent par l’ARE, la CPA et DICT. Aucune communication intra services les demandeurs se perdent dans les démarches,

Point 23 : Aucune évolution des agents DT DICT malgré les résultats plus que positif dans le traitement des déclarations (plus de 99% de réponses dans les délais),

Point 24 : Quel est l’avenir du groupe DT DICT voir GrDF. Est-ce qu’Enedis est dans une politique de diminution d’effectif voir même de suppression du groupe DT DICT (Automate DT DICT, Intelligence artificielle,…),

  • Concernant les revendications locales TST HTA

Point 25: Demande d’une juste reconnaissance de la qualification des services civils à 100% des animateurs TST, qui pratiquent majoritairement des activités de technicien intervention TST voir chargé de travaux, et qui concrètement exercent un travail équivalent à un technicien intervention senior. (Pour info un animateur n’a que 40%),

Point 26 : Demande que le choix de l’équipement des véhicules se fasse en local et non en région ou au national,

Point 27 : Reclassement des agents TST HTA en GF5 pour les monteurs confirmés en C3M,

Point 28 : Reclassement des animateurs,

Point 29 : Arrêter les postulations « à plat » (pressions mises aux agents),

  • Concernant les revendications locales CPA

Point 30 : Revoir l’organisation suite à la mise en place de PRV,

Point 31 : L’étage CPA à complétement été rénové sauf les 3 m2 des sanitaires. Inadmissible !

  • Concernant les revendications locales AREX

Point 32 : GF9 minimum pour tous les agents en service continu,

  • Concernant les revendications locales tous services

Point 33 : Absence de local restauration sur le site (promis pour début 2018 – validé en CHSCT avec avis de l’organisme). Le local actuel, d’une capacité de 4 personnes, n’est ni conforme à la réglementation ni accessible aux personnes à mobilité réduite. Les agents demandent une compensation financière tant que le local de restauration ne sera pas opérationnel. (avec effet rétroactif sur 1 an).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avertissez-moi de tous nouveaux commentaires via courriel. Vous pouvez également vous inscrire sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.