Adresse du 30 janvier 2020 aux adhérents

Cher(e) camarade,

Je vous fais parvenir la position de l’intersyndicale nationale et confédérale réunie mercredi soir à l’issue des actions nationales et interprofessionnelles qui se sont déroulées ce 29 janvier 2020.

Deux initiatives sont d’ores et déjà actées pour la semaine prochaine, celle du 5 février 2020 avec les organisations de la jeunesse et celle du jeudi 6 février 2020, nouvelle journée d’action interprofessionnelle en grève.

Nous entrons dans une deuxième phase de lutte.

Pour les électriciens et gaziers qui se sont engagés dans la lutte dès avril 2018 contre la loi pacte (Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises), celle-ci est entrée en vigueur en septembre 2019.

Pour rappel, cette loi impacte entre autre l’allègement des cotisations sociales pour les entreprises et entérine la sortie de l’état du capital d’ENGIE, entrainant de fait une remise en cause du statut pour les gaziers.

Par ailleurs, nous sommes dans l’action depuis le 19 septembre 2019, contre le projet HERCULE d’EDF SA impactant directement l’organisation des entreprises du groupe d’EDF et mettant en œuvre un montage capitalistique entre l’état et des actionnaires privés au détriment des usagers et des travailleurs de l’énergie. Un projet patronal que nous avons pu démontrer qu’il était lié au démantèlement de notre statut des IEG ainsi qu’au projet gouvernemental sur la réforme des retraites et plus particulièrement notre régime spécifique.

Depuis le 5 décembre 2019, la CGT est dans la bataille contre la réforme des retraites proposée par le gouvernement tout en étant force de proposition pour conforter et améliorer le régime de retraite par annuité actuel, garant d’un versement d’une pension à l’issue d’une carrière professionnelle en tenant compte de la pénibilité des métiers et professions, de la maternité, du temps d’activité partiel, de la formation, du handicap et des futures difficultés engendrées par le système capitaliste.

Vous avez compris l’enjeu actuel est comment allons-nous financer la solidarité inter-générationnelle et intra-générationnelle dans les années à venir.

Depuis lundi, le gouvernement par l’intermédiaire de la ministre Mme BORNE a rencontré les fédérations syndicales des IEG afin de débattre de la suppression de notre régime spécifique des IEG.

Concrètement, la ministre, ayant déjà rencontré les organisations patronales des IEG, veut favoriser la négociation de la modification statutaire voir la fin du statut.

Effectivement, le gouvernement et nos entreprises souhaitent transférer les « inactifs » actuels vers le régime de retraite dit « universel » du gouvernement, donc QUID de l’article 23 (régime spécial de sécurité social) de l’article 24 (prestations invalidité, vieillesse, décès) de l’article 25 (œuvres sociales) de l’article 26 (avantages familiaux) et les autres.

Cette manipulation permettrait à nos employeurs de ne plus financer par le compte d’exploitation une partie des retraites versées aux inactifs actuels.

Cela impactera dès maintenant tous les électriciens et gaziers, actifs comme inactifs, par une baisse des pensions actuelles et prochaines pensions de l’ordre de 25 % (calculée par rapport au manque de financement versé par les employeurs sous la forme actuelle).

Je n’aborderai pas l’enjeu de la remise en cause des autres avantages en nature aussi bien pour les « inactifs » que pour les « actifs ».

Aujourd’hui l’enjeu des augmentations des salaires, des pensions et de l’emploi est encore plus d’actualité. Nous pouvons conserver notre régime de retraite spécifique dans un régime de retraite par annuité tout en étant solidaire avec tous les autres régimes spécifiques et les retraités du régime de retraite actuel, tout en améliorant les conditions d’accès à la retraite à 60 ans.

D’ores et déjà votre syndicat s’est mis en ordre de bataille en accompagnant les salariés des IEG souhaitant organiser des réunions d’informations, des moments d’échanges et les luttes sur leur lieu de travail par rapport aux cahiers revendicatifs.

Pour autant, nous stagnons sur la mobilisation depuis le 5 décembre 2019 autour des 20% de grévistes et sur les participations aux manifestations interpro, même si sur certaines journées nous pouvons atteindre des taux de 55% de grévistes.

Je vous encourage à organiser sur toutes les formes que vous pouvez, des moments d’échanges avec les salariés où le syndicat mettra à disposition un ou une camarade pour vous accompagner sur les débats.

Je vous encourage à participer à toutes les initiatives culturelles ou syndicales sur l’enjeu des retraites qui seraient organisées près de vos lieux de vie.

Je vous encourage à suivre les prochains tracts et informations syndicales de toutes la CGT et des autres organisations qui parviendront sur le débat parlementaire de la loi sur le régime de retraite et sur la conférence des financeurs du prochain régime de retraite.

Fraternellement

Pascal THEIS

Secrétaire Général du syndicat CGT Énergie Meurthe-et-Moselle sud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avertissez-moi de tous nouveaux commentaires via courriel. Vous pouvez également vous inscrire sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.